POINTU FESTIVAL 2022 // JOURNAL DE BORD // JOUR 3

Après les problèmes de bagages des Hives, le jour 3 débute avec l’ombre de “Cigarette After Sex” qui a renoncé à sa venue la veille au soir, la faute à un avion annulé. Les rageux s’en donnent à coeur joie sur les réseaux sociaux, réclamant des remboursements en veux-tu en voilà et tenant, de fait, le festival pour responsable de la grève dans les aéroports. Logique… Je suis de nouveau solo ce soir mais je ne tarde pas à croiser Didier et Thomas de Sandcastle vers les tables du merchandising.

19:15 - MadMadMad is in the house ! Ça danse aussi pas mal ce soir sur la grande scène où notre guitariste afro a un peu plus de place pour se déplacer. C’est toujours aussi bon mais si on me demandait de choisir, j’opterais pour le show plus chaleureux de la veille où le chillout était plein à craquer.

20:30 - C’est au tour de TV Priest de lancer les hostilités. Bien qu’étant bien dans la lignée de ce qui se fait en ce moment, avec des textes plus déclamés que chantés, je trouve leur post-punk assez singulier. Leur son se démarque des autres avec ce bourdonnement quasi permanent que le bassiste Nic Blueth impose avec sa basse VI (lire “sixe”, c’est une basse à six cordes). De son côté, le guitariste Alex Sprogis n’est pas en reste avec ses riffs tranchants. Si cela reste étonnant qu’un tel groupe soit signé sur label aussi important que Sub Pop comme le souligne mon ami Hervé qui m’a rejoint au début du concert, leur prestation n'en est pas moins très convaincante.

21:55 - Que dire sur Stella Donnelly ? C’est sympathique mais pas très passionnant et un peu lisse. Les allers-retours entre elle en solo puis elle avec son groupe casse le rythme d’un concert déjà pas très entrainant. Bref, je ne la cocherais pas dans ma playlist…

23h25 - J’attends avec envie le concert de Shame. Je les ai vu au début du mois de juin au "festival Primavera" à Barcelone avec le sentiment d’avoir raté quelque chose. C’était le tout dernier concert d’un marathon de trois jours éprouvants et je pense que la fatigue m’avait empêché de bien apprécier leur prestation. Les gamins de Brixton vont très vite enflammer la fosse avec leurs riffs bien sentis, l’énorme verve de leur frontman et les aller-retours incessants le long de la scène de leur bassiste. Ce dernier tente régulièrement des roulades avant - avec son instrument en main s’il vous plait - au plus grand plaisir du public. Cela contraste avec le flegme des deux guitaristes bien ancrés à leur place même s’ils ne manquent pas de se marrer des pitreries du feu-follet en short. En tout cas, l'ambiance est dingue, les slammeurs s’en donnent à coeur joie, tout comme le chanteur qui se fait porter debout dans la foule. C’est peut-être pour le mieux que les têtes d’affiche Cigarette After Sex ne soient finalement pas là car sans leur défection, l’apothéose Shame n’aurait pas eu lieu.

Conclusion

Ce fut une belle édition avec de très beaux concerts malgré les annulations n'en déplaisent aux grincheux. C'est quand même jouer de malchance pour le festival, après deux ans d'abstinence, de tomber en pleine crise aérienne. Le public a été moins important que pour les précédentes éditions gratuites mais on s’y attendait un peu. Le bon côté des choses c'est que c'était moins la folie pour prendre les navettes et pour prendre une bière. En tout cas, bravo aux organisateurs, aux artistes et aux bénévoles et à l'année prochaine !

par Denis R.


---
(Photo : Lily Green)

Publié le 19/07/2022

Playlist Août 2022
Playlist Août 2022

La sélecta du président Groover
LA GRILLE LOCALE DE L'ETE
LA GRILLE LOCALE DE L'ETE

Tous les jours de 18h00 à 18h30, comme à notre habitude sur Active, nous mettons à l'honneur des artistes de notre région. N'hésitez pas à aller les écouter afin de manifester votre soutien !

artistes locaux articles été 2022
Festival de Néoules 2022 - Jour 3
Festival de Néoules 2022 - Jour 3

Pour le troisième jour de la 31eme édition de ce festival, Julien notre activiste et reporter, donne la parole aux artistes : Jeyo Sun, Dub Princess, Amadou & Mariam et Pat Kalla.